J AI TROUVE UN MARTINET

JUILLET, c'est la période où de nombreux Martinets noirs sont récupérés en ville, dans les rues, sur les trottoirs car avec la chaleur de l'été, en cherchant un peu d'air , ils leur arrive de  basculer malencrontreusement dans le vide.

Les adultes ne pouvant se poser (un Martinet ne vit que dans le ciel, ses pattes trop courtes et ses ailes trop longues, ne lui permettent pas de se poser), il va falloir prendre en charge le petit Martinet qui est alors à la merci des prédateurs.

ATTENTION, les Martinets font partie de la faune sauvage, de plus c'est une espèce intégralement protégée par la loi.

Il est totalement interdi de détenir chez soi un animal sauvage, le mieux est de contacter au plus vite un Centre de soins spécialisé.

NEAMOINS, si on doit nourrir le Martinet, il serait bon de se reporter aux conseils de la CLINIQUE ALLEMANDE DU MARTINET (Dr Haupt) experte en la matière depuis des décennies, et de lire le chapitre "ERREURS FATALES" et "NOURRITURE CONSEILLEE"

https://www.mauersegler.com/swift/?L=fr

 

En effet, une nourriture inadaptée conduit non seulement à des problèmes digestifs (diarrhées), des malformations du squelette, des carences de mues, des lésions au foie, de graves problèmes de plumage ou à la chute de plumes. Et pour un oiseau qui passe sa vie à voler comme le Martinet, un plumage défectueux est une condamnation à mort.

Le martinet est un insectivore strict.

Donc, il n’y a pas le choix, ce sont donc des insectes et seulement des insectes qu’il faut lui proposer.

ALIMENTS A EVITER ABSOLUMENT :

-        Nourriture pour chats et chiens (croquettes et pâtées)

-        Viande hachée.

-        Produits laitiers et aliments pour bébés.

-        Nourriture séchée pour oisillons vendue dans le commerce.

-----------------------------------------------------------------------------------------

Conséquences d’une mauvaise alimentation :

-        La nourriture pour chiens et chats (croquettes / Pâtées).

Les martinets nourris de la sorte offrent généralement une image pitoyable, tant leurs plumes sont sales et collées. En outre, ils sentent mauvais, sont rachitiques, et souffrent de problèmes digestifs très graves. Leur plumage, terne et hérissé, offre une mauvaise capacité d’isolation. Un martinet pourvu d’un tel plumage est condamné. En effet, ces oiseaux passent la nuit à très haute altitude, et doivent affronter des températures négatives. Les différentes composantes – suspectes, il faut bien le dire – des aliments pour chiens et chats ne sont pas du tout adaptées au système digestif d’oiseaux insectivores. Ces derniers souffrent de troubles si importants qu’ils finissent par mourir ou doivent être euthanasiés. Dr C. Haupt (clinique allemande du Martinet)

-        La viande hachée.

Comment se fait-il que ce mode de nourrissage, qui a coûté la vie à de nombreux martinets, compte encore des adeptes ? Peut-être en raison de sa simplicité d’utilisation. Peut-être aussi parce que les dégâts engendrés chez les martinets tardent généralement à se manifester. La perte des rémiges, qui se produit chez presque tous les martinets nourris exclusivement à la viande hachée, survient environ huit jours après le remplacement de la viande par les insectes. Ce qui signifie que certains oiseaux ont pu être déclarés aptes à voler, puis relâchés, avant que ces symptômes ne se soient manifestés ! Dans la plupart des cas cependant, les oiseaux n’ont pas le temps d’être relâchés, car ils présentent des difficultés à fixer le calcium et souffrent donc de malformations du squelette ou de déformations osseuses, ainsi que de troubles digestifs importants – diarrhée, hypertrophie du foie – et de carences diverses. Les problèmes de plumage vont de la chute de quelques plumes à l’atrophie ou à la chute globale des rémiges, en passant par des anomalies structurelles concernant les différentes parties de la plume. Les rectrices sont généralement mal formées et atrophiées.  Dr C. Haupt (clinique allemande du Martinet)

-        Avec prudence : Les vers de farine (ténébrions)

Souvent recommandés pour le nourrissage d’oiseaux insectivores, les vers de farine, que l’on trouve dans la plupart des animaleries, doivent être distribués avec la plus grande prudence, c’est-à-dire en nombre limité et pendant deux à trois jours au maximum. Leur enveloppe semble en effet contenir des substances pouvant entraîner de sérieuses intoxications du foie et des reins.

Le nourrissage exclusif aux vers de farine provoque en outre des carences et des malformations du squelette. Les oiseaux nourris de la sorte présentent des troubles liés notamment à un manque de vitamine B. Une telle carence a des effets sur le système nerveux central. Les troubles commencent par un refus de s’alimenter et par des mouvements compulsifs, avant de dégénérer rapidement en catalepsies (culbutes, syndrome vestibulaire, mouvements rotatifs de l’ensemble du corps – l’oiseau tourne sur lui-même –). En l’absence de traitement, les dégâts neurologiques sont irréversibles et le martinet meurt. Ces troubles sont accompagnés en général de problèmes de plumage, induits probablement et de manière indirecte par des lésions hépatiques. Il arrive souvent que les plumes présentent des défauts, et lorsqu’on les détache, on s’aperçoit que les plumes neuves sont mal développées. En outre, les chutes de plumes sont fréquentes.

Chez les oiseaux chanteurs, un régime alimentaire composé exclusivement de vers de farine et prolongé dans le temps peut conduire à des affections oculaires, voire à la cécité, ainsi qu’à l’apparition d’abcès dans la région de la tête, d’inflammations et de gonflements au niveau des doigts, notamment des articulations.

Les vers de farine – uniquement les blancs à la peau tendre – peuvent être donnés à un oiseau insectivore à titre complémentaire et en nombre limité (pas plus de 4 à 5 par jour). Ils peuvent aussi servir de nourriture de dépannage pendant deux ou trois jours, si l’on n’a pas la possibilité de se procurer des grillons sur le champ. Il s’agira alors de fournir aux vers de farine une nourriture fraîche et non avariée (flocons d’avoine, pommes, pissenlits…). Si tel n’est pas le cas, ils ne pourront constituer une nourriture de qualité. Dr C. Haupt (clinique allemande du Martinet).

-        Les asticots

Les asticots, vendus dans les magasins de pêche sous le nom de « Pinkies », sont totalement inadaptés au nourrissage d’oiseaux insectivores. L’estomac des oiseaux n’étant pas apte à digérer leur enveloppe caoutchouteuse, ils sont souvent rejetés dans les fientes en l’état. Même si l’on perce leur enveloppe avant de les donner (ce qui n’est pas chose facile), ils sont à déconseiller en raison de leur teneur élevée en matières grasses et de l’absence d’autres éléments nutritifs.

Les martinets nourris avec des asticots sont généralement très maigres, souffrent de carences et ont de graves problèmes concernant la croissance des plumes. Celles-ci présentent en effet de petites cassures à peine visibles au niveau du calamus, et sont donc susceptibles de se briser au moindre frottement. Dr C. Haupt (clinique allemande du Martinet).

-        Pâtée pour insectivores, pâtée enrichie.

Produits contenant des produits boulangers inadaptés au système digestif des Martinets. (Dr Haupt)

-        Les vers de terre. Ils hébergent des parasites affectant l’appareil respiratoire du Martinet. (Dr Haupt)

 

NOURRITURE APPROPRIEE :

 

Les grillons domestiques (Acheta domesticus) subadultes encore dépourvus d’ailes, ainsi que les grillons des steppes provenant d’animaleries ou d’élevages spécialisés représente le régime alimentaire le plus proche de celui du martinet.

Eviter absolument les grillons aux ailes développées car ils possèdent déjà leur ovipositeur et ont l’abdomen rempli de grappes d’œufs. Les martinets ne parviennent pas à digérer ces œufs et les rejettent dans leurs fientes en l’état. (L’ovipositeur est un organe allongé situé à l’extrémité de l’abdomen des femelles de certains animaux et permettant la ponte).

Ne jamais donner de grillons dits provençaux ou gryllus bimaculatus car ces grillons provoquent chez les martinets de violentes diarrhées.

Conserver les grillons au congélateur.

Passer sous l’eau chaude la portion nécessaire, l’égoutter avant de la distribuer. Enlever les pattes arrière trop dures pour l’oisillon. Un grillon décongelé doit être servi immédiatement car il pourrit vite.

Attention, l La congélation des insectes entraîne la destruction des vitamines B, indispensables à la vie. L’administration régulière d’un complexe de vitamines B est donc absolument nécessaire.     

Le nourrissage avec des grillons domestiques et des grillons des steppes représente le régime alimentaire le plus proche de celui du martinet. Les insectes sont consommés volontiers par l’oiseau, ce qui rend son élevage plus aisé. Les martinets nourris de la sorte ne se distinguent pas de ceux élevés au nid et arborent un plumage brillant et sans défauts. En l’état actuel de nos connaissances, il semble donc que ce mode de nourrissage constitue la meilleure option, tant pour l’oiseau que pour le soigneur.

 Quels autres types d’insectes peut-on donner?

Faux bourdons

Les mâles de l’abeille européenne (Apis apis) ne peuvent servir de nourriture de base pour les martinets, car ils sont trop riches. Ils constituent en revanche un bon complément et se sont révélés précieux pour requinquer des oiseaux très affaiblis.


Il peut donc être utile de nouer des contacts avec des apiculteurs locaux. Et si, parmi ces derniers, certains sont des amoureux des oiseaux, vous pourrez peut être obtenir gratuitement quelques rayons aux alvéoles remplis de larves.

Attention : ne donner que des insectes issus de ruches exemptes de pesticides! Si l’apiculteur traite ses abeilles chimiquement (contre le varroa, par exemple), les mâles provenant de ses ruches ne pourront être utilisés.

Les rayons abritent des insectes se trouvant à différents stades de développement, de la larve à l’insecte presque adulte. Il est conseillé de mettre les rayons au congélateur afin d’en extraire les insectes plus facilement. Pour une meilleure conservation, ces derniers seront plongés dans l’eau bouillante pendant une à deux minutes. Après avoir été rincés à l’eau froide, ils seront replacés au congélateur. Il suffit ensuite de prélever les quantités nécessaires pour chaque repas.

Les larves de faux bourdons qui n’ont pas été blanchies ne peuvent être données aux martinets, car elles sont liquides et s’abîment extrêmement vite. Seuls les insectes arborant une couleur marron, jusqu’à ceux parvenus au seuil de l’âge adulte (ils ressemblent alors à des abeilles, le dard en moins), peuvent être consommés par les martinets sans avoir été blanchis au préalable. Ne jamais donner d’abeilles femelles : elles possèdent un dard et renferment un venin très puissant!


Larves de galléries ou fausses teignes de la cire

Les galléries (Pyralidae)sont des nuisibles de l’abeille. Tendres et douces comme de la soie, leurs larves, qui ressemblent à de petits vers blancs courts et larges, peuvent être achetées vivantes dans les magasins de pêche ou, blanchies, dans des élevages spécialisés. Elles peuvent, en petites quantités, être utilisées comme nourriture de complément. Il ne faut pas donner plus d’une larve par repas. En effet, ces larves sont très grasses et, distribuées en trop grandes quantités, elles peuvent entraîner des troubles digestifs chez le martinet et donner une coloration verte à ses fientes.

Les larves vivantes peuvent être données en une seule fois. Blanchies, elles deviennent en revanche dures et caoutchouteuses, et doivent impérativement être coupées en petits morceaux.
Dr C. Haupt (clinique allemande du Martinet).

8 Juillet 2017

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×