CIRQUE AMAR A TOULON

DE PLUS EN PLUS DE CIRQUES A TOULON

 Peu de temps après les chapiteaux de « La piste aux Etoiles », un des plus grands détenteurs d’animaux sauvages itinérant d’Europe, voilà aujourd’hui, le cirque Amar qui revient sur les plages toulonnaises avec à sa traîne comme un boulet : sa triste ménagerie d’animaux esclaves.

Comment une ville comme Toulon qui se targue d’avoir obtenu un prix d’excellence en matière de protection animale, peut encore accepter ce genre « d’attractions » minables mettant en scène la soumission des animaux ?

Et ce n’est pas faire preuve de sensiblerie idiote que de dénoncer ces « cabinets de curiosité » dignes d’une autre époque, c’est simplement faire preuve d’humanité et de respect de l’animal.

Toutes les associations de protection animale sont unanimes et réclament l’abolition des cirques avec animaux.

On le sait, derrière le strass, il y a le stress !

Des cages trop exigües ne permettant pas à l’animal d’assouvir ses impératifs biologiques, un dressage cruel qui le contraint par la force et la peur à exécuter des tours et prendre des postures contraires à sa nature, des transports épuisants souvent sur de longues distances tout au long de l’année dans les pires conditions  qui occasionnent souvent de graves blessures.

 De nombreux pays ont déjà interdit les cirques animaux, mais la France comme toujours, se fait encore tirer l’oreille.

 En tout cas, s’il n’est pas facile encore d’interdire ces spectacles odieux, les municipalités pourraient au moins en limiter la publicité tout simplement en faisant appliquer la règlementation en matière d’affichage publicitaire en ville.

 En effet, selon les articles L581.1 et suivants du Code de l’Environnement « toute  publicité non lumineuse est interdite en agglomération sur les monuments naturels, les plantations, les poteaux de transport et de distribution électrique, les poteaux de télécommunication, les installations d'éclairage public ainsi que sur les équipements publics concernant la circulation routière, ferroviaire, fluviale, maritime ou aérienne ».

 Et voilà, tout est dit, car on ne peut que constater une chose : les circassiens ne respectent jamais  cette législation, et ils s’en contrefichent !

 A chaque arrivée de cirques et longtemps après leur départ, à Toulon comme ailleurs, on assiste à un foisonnement d’affichage publicitaire sauvage qui  salit nos belles avenues, et représente une pollution visuelle réelle que les amis des animaux, eux, sont obligés de subir régulièrement. Est-ce normal ?

 C’est pourtant aux villes de faire appliquer la loi, de faire sanctionner les contrevenants.

Si elles ne le font pas, c'est aussi à nous tous, amis des animaux de rappeler aux élus, voire au Préfet qu'ils ne font pas leur travail  !

Car moins de pub pour les cirques, moins d'incitations à aller à leurs représentations !

CIRQUE AMAR A TOULON

20 NOVEMBRE 2010 - SUPER le cirque AMAR s'installe sur les plages du Mourillon avec ses tigres et autres animaux sauvages qui ne connaîtront jamais autre chose que leurs cages et les fouets !

NAITRE ET MOURIR EN CAGE !

Une vie de souffrance et de privations pour tous ses animaux qu'on exhibe pour "amuser" et pour se faire du fric !

La plupart de ses animaux vivent dans leur camion cage sans pouvoir assouvir leurs besoins physiologiques !

Ces animaux sont des êtres sensibles comme vous et moi, il est inadmissible qu'au 21ème siècle dans un pays qui se veut "civilisé" des êtres sensibles soient ainsi ncore sacrifiés à des fins commerciales.

Même si certains sont nés en captivité, ce genre de commerce contribue, en permanence, à en arracher beaucoup d'autres de leur milieu naturel d'origine et à accélérer la disparition d'espèces sauvage, gros problème pour la protection de l'environnement et de la biodiversité.

 Protection animale et Protection de l'Environnement, Un seul et même combat !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×